Comment nourrir un chien sportif ?

Comment faut-il nourrir un chien qui a des activités sportives complètes avec des périodes de mise en condition, des entrainements, des compétitions... ?

chien sportifChien sportif ou jogging du dimanche ?

Nous ne parlons pas ici des chiens qui accompagnent leur maître au jogging du Dimanche ou bien lors de longues promenades familiales. Nous parlons des différentes exigences des chiens qui ont des activités sportives complètes, comprenant mise en condition, entrainement et compétition, qu’elle soit pratiquée avec leur maître ou en performance individuelle. Ces chiens sportifs ont à l’instar de tous les champions, des besoins nutritionnels particuliers, très souvent en relation avec les spécificités de leur sport et des exigences de comportement alimentaire à respecter pour leur performance voire leur santé. Vous l’aurez compris, aliment et hygiène alimentaire sont complémentaires dans la réussite des objectifs de performance physique visés, que ce soit en période d’entrainement, de compétition…voire de récupération.

Nourrir son chien sportif sur le mode de la multi ration quotidienne

Chez les chiens vivants dans la nature, la physiologie digestive offre un estomac volumineux et extensible permettant l’ingestion de grandes quantités d’aliments…Mais nos chiens, qu’ils soient sportifs ou non, ne vivent pas dans la nature depuis bien longtemps et il y a fort à parier qu’à poids égal, les performances physiques des loups soient bien inférieures à celles de chiens sportifs entrainés. Cette physiologie digestive offre à contrario un intestin grêle relativement court mais rapide et efficace en matière de digestion, permettant de libérer et d’assimiler la plupart des nutriments en moins de 2 heures. Ces deux spécificités pour nos chiens (et c’est aussi valable pour nos chats), ne sont pas à l’avantage des sportifs et il vaudra mieux prioriser la rapidité de la digestion plutôt que la forte capacité de l’estomac à stocker de la nourriture. De plus l’encombrement gastrique n’est pas un facteur favorable au bien être nécessaire pour établir des records. Le comportement alimentaire auquel doit être habitué un grand sportif c’est donc le multi rations, 4-5 fois par jour et plus encore si le sport en question exige une grande quantité d’énergie métabolisable. Ceci est d’autant plus vrai chez les chiens pratiquant des courses d’endurance : il vaut mieux les habituer à avoir un estomac relativement « rétréci » et fonctionnant quasi en permanence que de les laisser courir plusieurs heures d’affilées au risque de les voir puiser dans leurs organes et leurs tissus biologiques les éléments énergétiques et de récupération physique dont ils ont besoin pendant la course.

Les chiens sportifs ont besoin de nutriments de confort dans l’équilibre des apports nutritionnels de leur alimentation

Bien entendu, les équilibres alimentaires essentiels (régi dans le cadre du RPC) doivent être particulièrement respectés et en rapport avec l’équilibre énergétique requis spécifiquement pour l’activité du chien sportif en question. Cependant chacune des activités peut requérir une assistance nutritionnelle particulière, soit pour son exercice, soit pour mieux protéger certaines fonctions organiques particulièrement sollicitées. Cette assistance peut se faire notamment par l’ajout de nutriments de confort hautement disponibles, non essentiels sur le plan métabolique mais fortement actifs lorsqu’il s’agit d’aider au fonctionnement d’organes et de fonctions physiologiques très développées ou momentanément altérées. Il n’existe pas un équilibre alimentaire unique qui permettrait d’accompagner toutes les activités sportives. Au contraire, il existe des nutritions spécifiques à chaque sport, à la phase d’activité ou d’entrainement et même à l’état physiologique de chaque animal. Pour autant, il existe quand même quelques repères de nutrition générale qu’il est bon de connaître:

- le RPC ciblé pour l’activité en question se gère principalement par le rapport Protéines / matières grasses qui peut varier selon les cas entre 1,2 et 2 (il est important de vous référer aux conseils d’un spécialiste)

- la teneur en fibres (confort intestinal) doit être particulièrement équilibrée et si possible ne pas dépasser 8% pour laisser la place aux éléments nutritionnels (attention, la cellulose indiquée sur les étiquettes, n’est qu’une partie des fibres glucidiques). Dans une alimentation premium comme LAPSA, cette teneur en fibre évolue entre 8 et 12%.

- La teneur en amidon bien cuit doit être entre 12 et 18%. Il s’agit de couvrir les besoins énergétiques du système nerveux central sans venir utiliser les protéines sériques ou hépatiques, tout en laissant suffisamment de place dans les 100% de la recette pour l’enrichissement en nutriments de confort.

- Sur le plan des apports en nutriments de confort, nous aurons à porter notre attention sur certaines fonctions cibles, selon le sport et l’état physiologique du sportif

- Locomotrice, (chondroprotecteurs (chondroïtine et glucosamine), récupération musculaires (chitosan), tonicité musculaire (carnitine), antioxydant cellulaires (polyphénol), anti-inflammatoires (oméga 3)

- Cardiaque (taurine, carnitine, potassium, glycine…)

- Hépatique (chitosan, méthionine, arginine, vit B12, biotine, acide folique)

- Poils et peau (vitamines A et B, polyphénol, oméga 6 et 3, méthionine, cystine)

- Système nerveux et cognitif. Polyphénols particuliers, oméga 3 marin

Quoiqu’il en soit, un chien sportif tel que nous l’entendons ici nécessite un « encadrement médical » spécialisé tout comme les champions humains : si vous envisagez d’en avoir un, nous vous conseillons de choisir un vétérinaire connaisseur de sa race et du sport qu’il pratique.

Eric Charles
Vétérinaire nutritionniste
Responsable stratégie Nutrition & Innovation chez LAPSA

Posez votre question à notre vétérinaire nutritionniste

Si vous êtes client fidèle « Amis de LAPSA », vous pouvez poser gratuitement vos questions personnalisées à notre vétérinaire nutritionniste. Il y répondra directement sous 72h.
Créer un compte poser ma question